Saga Mickey Bolitar

Auteur : Harlan Coben
Parution du tome 1 : 2011

Résumé :


Mickey Bolitar commence sa première année dans un lycée huppé américain du New Jersey. Après avoir grandi en voyageant au gré des missions humanitaires de ses parents Brad et Kitty, il vit avec son oncle, Myron Bolitar, depuis que son père est mort dans un accident de voiture et que sa mère a sombré dans la drogue et l'oblige par conséquent à subir des cures de désintoxication.

Après quelques semaines, Mickey croise la route d'une vieille femme surnommée la « femme chauve-souris », réputée folle et qui lui dit que son père n'est pas mort. Il ne la croit pas dans la mesure où il a été témoin de la mort de celui-ci, et qu'il est donc inconcevable pour lui d'imaginer son père encore vivant.

Depuis quelque temps, sa petite amie, Ashley Kent, a disparu inexplicablement sans crier gare et il est impossible pour Mickey de se remettre en contact avec elle. Avec ses nouveaux amis, Spoon, un geek impassible et fils du concierge du lycée, Ema, une gothique enrobée méprisée de ses camarades et dont on sait peu de choses, ainsi que Rachel Caldwell, la plus belle fille du lycée. Ils vont partir sur ses traces et découvrir ses secrets.


Au fil de son aventure, Mickey va apprendre certaines choses concernant la mort de son père ainsi que le passé de ses parents et va s'apercevoir que tous les événements sont en lien les uns avec les autres.

Avis :


J’ai enfin fini la semaine dernière la trilogie de Harlan Coben, sur Mickey Bolitar. Et je me suis dite, pourquoi ne pas faire un article de résumé de saga au lieu de vous faire un simple article sur le tome 3. Ce qui n’est pas sensas lorsque l’on n’a pas lu les 2 premiers tomes. De plus, très souvent c’est le premier tome qui nous influence sur la suite et pas le dernier. Donc voilà j’espère que ça vous plaira, encore une fois je tente différents trucs donc rien n’est parfait.

J’ai vraiment adoré ces 3 romans policiers, qui sont de plus les trois premiers livres de Harlan Coben que je lis et surement pas les derniers. J’ai lu les 3 à intervalles assez longues surtout entre le 2ème et le 3ème, parce que j’attendais qu’il arrive au CDI de mon lycée pour le lire. Et je n’ai pas du tout, enfin un tout petit peu été perdu. Harlan Coben a très bien su remettre quelques infos sur ce qui s’était passés dans les tomes précédents pour que l’on ne soit pas perdu, tout en restant assez vagues pour que l’on n’ait pas l’impression de relire le tome précédent.

Mais je commence par la fin, ce n’est pas bien. Pourquoi est-ce que j’ai adoré cette saga ? Depuis le premier tome ? Tout simplement parce que, chose importante, notre personnage principal, Mickey Bolitar, et ses amis, mènent l’enquête mais ne sont pas des policiers ! Donc en gros c’est un roman policier sans policier… J’ai l’impression de m’embrouiller et de vous embrouiller, passons. J’ai beaucoup apprécié ces trois tomes, parce que les personnages sont des jeunes avec tous les problèmes qui vont avec, comme ils ne sont pas policiers (j’en remets une couche) ils sont un peu obligés d’enfreindre la loi pour résoudre leur enquête. Ça met toujours un peu de suspens.

Une autre chose importante. On le voit assez bien dans le résumé. Chaque livre met en scène une enquête mais avec en arrière fond, on découvre un mystère beaucoup plus gros qui mettra 3 tomes à être élucidé. Et ça c’est la chose que j’apprécie vraiment. Les livres ne sont pas seulement reliés parce qu’on retrouve les mêmes personnages mais aussi parce qu’en voile de fond il y a quelque chose de beaucoup plus grand. Sans oublier que l’histoire de ces 4 amis n’est pas seulement la leur mais aussi celle de centaines de personnes avant eux. C’est ça de se retrouver embarqué dans une association secrète !


Bon je ne pense pas que je vais en dire plus. Vous l’aurez compris je vous les conseils mille fois ! Et puis j’espère qu’il y aura une suite, on ne peut pas en rester là, ceux qui les ont lu le comprendront. En attendant il ne me reste plus qu’à me mettre aux aventures de l’oncle Myron Bolitar. Bisous, j’espère que ça vous aura plu et à bientôt !

Le village de l'Allemand

Auteur : Boualem Sansal 
Edition : NRF
Parution : 2008
Pages : 264


Les narrateurs sont deux frères nés de mère algérienne et de père allemand.



Ils ont été élevés par un vieil oncle immigré dans une cité de la banlieue parisienne, tandis que leurs parents restaient dans leur village d'Aïn Deb, près de Sétif. En 1994, le GIA massacre une partie de la population du bourg. Pour les deux fils, le deuil va se doubler d'une douleur bien plus atroce : la révélation de ce que fut leur père, cet Allemand qui jouissait du titre prestigieux de moudjahid.


Avis :


Ça fais déjà plus d'une semaine que j'ai fini ce livre et je ne sais toujours pas à quoi m'en tenir. J'ai à la fois bien aimé et à la fois détesté ce livre. Je ne me pencherais ni sur l'un ni sur l'autre, parce qu'il est peut-être plus bouleversant que je ne me laisse croire et que au final si je reste sur mes gardes quant à mon opinion c'est seulement parce qu'il m'a retourné l'estomac.

Boualemn Sansal écrit dans ce livre une vraie confrontation entre le passé et le présent, le tout rythmé par le témoignage de Primo Levi. Ce livre est une réponse à son poème, un appui et une critique. Il nous montre ce qui arrive quand notre passé est caché aux yeux de certains et comment cette ignorance peut devenir un avantage pour la manipulation. Les deux frères Schiller découvrent comme leg le secret sur le passé de leur père et réagiront différemment à ces révélations. Le premier frère est bouleversé, il ne sait comment réparé l'horreur de la guerre à laquelle son père a participé et va retracer son parcours pour comprendre les raisons de son père. Et au final perdre la sienne. Le jeune frère tenu lui-même dans l'ignorance de la Seconde Guerre Mondiale réagira différemment à cette révélation. En découvrant toute cette partie de l'histoire qui lui était inconnu, il mettra en commun l'holocauste et la monté en puissance de l'islam dans la cité, pour finir par arriver à la même conclusion que Primo Levi, les gens doivent savoir pour ne pas reproduire les erreurs du passé.

Dans son contenu et sa thématique j'ai vraiment aimé ce livre, il fait beaucoup réfléchir. Mais. Parce qu'il y a toujours un mais. J'ai eu du mal avec le style d'écriture. J'ai trouvé les passages du journal de Rachel beaucoup trop détaillé et pointilleux. Même si tous ces détails donnent un certain style, je les ai trouvé de trop. Beaucoup de moment étaient vraiment longuets et j'en ai lu certains de biais. Et comme je n'aime vraiment pas sauté des lignes je me suis vraiment demandé si je n'allais pas abandonné ma lecture mais comme c'était déjà la deuxième fois que je tenté un Boualemn Sansal j'ai tenu bon. Je ne retenterais pas l'expérience Boualem Sansal, je n'ai vraiment pas aimé le style d'écriture.

En conclusion Le village de l'allemand m'a fais beaucoup réfléchir mais je l'ai trouvé trop long.

Si c'est un homme de Primo Levi


Vous qui vivez en toute quiétude
Bien au chaud dans vos maisons,
Vous qui trouvez le soir en rentrant
La table mise et des visages amis, 
Considérez si c'est un homme
Que celui qui peine dans la boue,
Qui ne connaît pas de repos,
Qui se bat pour un quignon de pain,
Qui meut pour un oui pour un non.
Considérez si c'est une femme
Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux
Et jusqu'à la force de se souvenir,
Les yeux vides et le sein froid
Comme une grenouille en hiver.
N'oubliez pas que cela fut,
Non, ne l'oubliez pas :
Gravez ces mots dans votre cœur.
Pensez-y chez vous, dans la rue,
En vous couchant, en vous levant ; 
Répétez-les à vos enfants.
Ou que votre maison s'écroule,
Que la maladie vous accable,
Que vos enfants se détournent de vous.


Voilà un petit article j'espère que ça vous aura plu, et si jamais ça vous a déplu dites-moi ce qui était vraiment pas bien. Je commence et j'aimerais connaitre votre avis, pour m'améliorer. merci d'avance bisous ! 
PS : avec les cours je ne suis pas très bien organisé désolé pour le temps entre les articles.



Lire d'autres horizons