Le bilan des vacances d'été !

Pour ce bilan de grande envergure et étant donné que je n'ai créé ce blog il y a un peu plus d'un mois, j'ai décidé de combiner juillet et août. Ce qui ne fera pas un si grand bilan que ça parce que certains livres, que j'ai emprunté à la bibliothèque, m'ont tellement marqué que je ne me souviens plus du titre. C'est triste mais bon... Il y a des livres comme ça.

Revenons à nos moutons, cet été en deux mois j'ai lu, minimum, 14 livres ! Dont bien sûr on peut retrouver pour certains la chronique sur mon blog. Les voici !




Candide ou l'optimiste de Voltaire, dans la collection classique & cie lycée

Le chardon et le tartan, le Tome 1 de la série du cercle de pierre mieux connu sous le nom de Outlander, de Anna Gabaldon

Le garçon qui n'existait pas de Patrice Leconte

Le liseur du 6H27 de Jean-Paul Didierlaurent

Bleu cauchemar de Laurie Faria Stolarz

Quand souffle le vent du nord de  Daniel Glattauer

Aeternia de Gabriel Katz

Rebecca de Daphné du Maurier

Avenue des géants de Marc Dugain

City Hall T1-2 de Rémi Guérin et Guillaume Lapeyre

Eragon de Christopher Paolini

Le joueur d'échec de Stephan Zweig

Le maître des livres de Shinohara Umiharu



Voilà le tout premier bilan lecture ! Je ne mets pas le lien des commentaires volontairement, je préfère vous laissez chercher celui que vous souhaitez et peut-être tomber sur d'autres livres qui pourraient vous intéresser.

Avez-vous déjà lu certains de ces livres ? Si oui, qu'en avez-vous pensé ? Et est-ce d'autres titres vous attire ? Je suis sûr que je ne parle pas à un mur virtuel, alors n'hésiter pas à dire ce que vous pensez. :)

PS : les titres en orange correspondent aux mangas ;)


Le joueur d'échec



Auteur : Stephan Zweig
Edition : Stock
Date de première parution : 1943
Pages : 112


Ce texte parait en 1943 à Stockholm. Edition posthume puisque le 23 février de l'année précédente Stefan Zweig s'était donné la mort. La catastrophe des années quarante lui apparaissait comme la négation de tout son travail d'homme et d'écrivain. Stephan Zweig s'en explique dans la confession à peine déguisée qu'est Le joueur d'échec.
Monsieur B., en dérobant un manuel d'échecs, croyait pouvoir échapper aux tortures des nazis. Mais très vite, cette nouvelle passion lui enfiévra l'esprit et le fera sombrer dans la démence.
Nous le retrouvons quelques mois plus tard. Il dispute une partie contre le champion Czentovic. Une partie dérisoire pour les joueurs qu’envoûtante pour le lecteur.

Avis :


Je pense qu'on peut classer ce résumé parmi les plus révélateurs des 4èmes pages ! Je ne pense pas avoir besoin de vous raconter l'histoire tout est déjà dit. Soit en gros tout le livre...

Je ne vous le cacherais pas je n'ai pas été envoûté par ce roman, même si je ne l'ai pas lâché du début à la fin. On m'avait prévenu que le joueur d'échec n'était pas la meilleure œuvre de Stephan Zweig, je le comprends aujourd'hui. Sur la couverture il est écrit "roman", "nouvelle" aurait peut-être été plus adapté. Le résumé voit juste, il s'agit bien d'une confession, la partie d'échec n'est qu'un vêtement d’apparat pour déguiser les révélations de Stephan Zweig. Ici rien ne semble bloquer la vérité. Monsieur B. se confie au narrateur sans crainte, il lui raconte toute son histoire sans se faire demander. Le décor qui l'entoure ne fait qu'accompagner son histoire, on aurait presque pu sauter les 50 premières pages et arriver aux révélations sans plus de cérémonie cela n'aurait pas changé grand-chose.

Toutefois, la révélation ne se fait pas qu'à travers l'histoire de Monsieur B. Stephan Zweig veut peut-être nous montrer la vision du monde à cette époque. Une époque où rien ne semble se rapprocher de la seconde Guerre Mondiale à part Monsieur B. Comme si le régime nazi appartenait à un autre univers...

Un commentaire assez court puisqu'il s'agit d'une nouvelle. Mais pour résumer le tout : un livre pour une dernière confession, à lire d'une traite si l'on ne veut pouvoir l'apprécier.



Novecento : pianiste de Alessandro Baricco



J'ai choisi d'accorder le joueur d'échecs avec Novecento puisqu'ils se déroulent tous les deux sur un bateau et qu'ils révèlent tous les deux le passé. Bon j'avoue ce n'est peut-être pas le meilleur raccord, de plus cela fait un petit bout de temps que j'ai lu Novecento (en italien), donc mes souvenirs ne sont pas très clair... Si jamais certains ont une meilleure idée, qu'il me le dise ! Je suis preneuse.



Bon c'est le temps de dire Bye Bye, j'espère que cette chronique vous aura plu, perso je n'en suis pas forcement satisfaite mais je ne savais pas comment présenter ce livre. Je vous demande donc de l'aide à tous ceux qui l'ont lu pour me dire ce qu'ils en ont pensé ! Ciao et à bientôt ! ;)


Avenue des géants


Titre : Avenue des géants
Auteur : Marc Dugain
Edition : Gallimard
Date de publication : 2012
Pages : 361


Al Kenner serait un adolescent ordinaire s'il ne mesurait pas près de 2,20 mètres et si son QI n'était pas supérieur à celui d'Einstein. Sa vie bascule par hasard le jour de l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy. Plus jamais il ne sera le même. Désormais, il entre en lutte contre ses mauvaises pensées. Observateur intransigeant d'une époque qui lui échappe, il mène seul un combat désespéré contre le mal qui l'habite. 


Avis :


Je lis aujourd'hui l'Avenue des géants avec 4 ans de retard, et je peux dire que c'est très grave. Il est fantastique en tous points ! J'avais lu la chambre des officiers du même auteur, il y a quelques années, et j'avais été frappé par son écriture. Je le suis toujours autant.

Marc Dugain ne nous cache pas vraiment ce qu'il va advenir de Al Kenner, puisqu'on rencontre ce personnage durant sa vie en prison. C'est lui qui nous racontera son passé et comment il y a atterri. Cette connaissance du futur nous oblige tout au long du livre à chercher la chose qui l'enverra en prison. Au premier abord Al Kenner nous parait tout à fait normal, et même après avoir tué, on ne le trouve pas fou. Ses raisonnements paraissent justes, il nous convainc qu'il n'avait pas le choix. On garde espoir quand il quitte l'hôpital psychiatrique. On se dit, ça y est, il va pouvoir vivre, retrouver une vie normale. Cette vie il l'a trouvé, il trouve un travail, décide de se marier, nous donne l'impression de nouer une liaison saine avec sa mère. Tout parait parfais. Trop parfait... On sait que quelque chose va déraper, alors on cherche, on soupçonne, on perd parfois le fil. Car Al gardent des secrets, des secrets qui semblent ne pas perturber les gens, alors on se laisse convaincre que tout va pour le mieux. Au final, on voit arriver la fin du livre et on se dit : mais que va-t-il se passer ? Ce n'est que dans les dernières lignes qu'on découvre que nos soupçons étaient bien fondés, que tout a dérapé il y a bien des pages. Qu'on savait le fin mot de l'histoire, sans le vouloir. Alors, on est un peu déçu, on s'est attaché à Al et on ne voulait pas qu'il tue encore.

Mais, l'Avenue des géants ce n'est pas qu'un thriller biographique. C'est aussi une fenêtre ouverte sur la vie de l'époque. Marc Dugain nous peint l'époque hippie et tout ce qui s'en suit. La vie des jeunes qui ont suivis le courant et qui se sont perdus dans la volonté de paix. L’incompréhension des plus âgés.

Je n'en dirais pas plus. Je me suis retenu de spoiler tellement de chose que je pense qu'il vaut mieux que je m'arrête là, avant que cela ne devienne une catastrophe ! Un coup de cœur, voilà mes deniers mots sur ce livre.

Sinon pour ceux qui l'ont lu, et je pense que vous êtes nombreux, auriez-vous voulu que la vie de Al redevienne normal ?


Psychose d’Alfred Hitchcock


Je reprend le petit rituel de fin de chronique. Pour le coup je ne savais pas trop quoi choisir puis j'ai pensé à Psychose d'Alphred Hitchcock. Ici aussi le tueur nous parait presque normal mais il ne l'est pas. J'en profite pour ajouter que ce film est parmi un de mes préférés.

Bilan bibli #1



Etant donné que j'achète peu de livre en dehors de ceux pour les cours, je me suis dis que je pourrais faire un bilan bibli. C'est à dire un bilan des livres que j'emprunte à la bibliothèque, puisque très souvent j'en emprunté un bon nombre. Donc pour le premier bilan bibli du 22/08/16 nous avons :

Aeternia T2 l'envers du monde de Gabriel Katz


Quelques classiques pour se remettre dans le bain, cette année Bac de français :


Au bonheur des dames de Zola

Le joueur d'échec de Stephan Zweig

Le Sagouin de François mauriac

Le village de l'allemand de Boualem Sansal


Des mangas et une BD pour se détendre un peu :


City Hall T2 de Rémi Guérin

Le maître des livres de Umiharu Shinohara

Death Note T2 de Tsugumi Ohba

L'histoire de l'Isère en BD T1 de la préhistoire à l'an mille
de Gilbert Bouchard


Voilà pour ce premier bilan bibli, et à bientôt !


Bilan de mon retour de vacance !

Hello ! Comme je vous l'ai dis, je suis partie deux semaines en Angleterre. Ce qui m'a permis de lire un bon paquet de livre. Pour ceux qui me suivent sur instagram ils auront vu que j'étais partie avec 4 livres. Et je suis contente de pouvoir dire que j'en ai lu 3 et bien entamé le denrier. Yes !!!

Pour le coup je vais faire une présentation rapide, puisque je compte en chroniqué un très prochainement, et j'attend de lire la série en entier pour deux autres.




**********

Donc ! Le premier livre que j'ai fini, et que j'avais commencé avant de partir, est Rebecca de Daphné du Maurier. Pour le coup je ne sais pas trop quoi dire... On m'avait tellement recommandait de lire ce livre cette année, que je me suis lancé en me disant " il va être fantastique et puis la titre c'est ton prénom tu crains rien". Je sais pas, je l'ai peut-être surestimé, mais il ne m'a pas bouleversé outre-mesure. Un bon livre en gros, mais pas le meilleur que j'ai lu. C'est pour ça que je ne ferais pas de chronique sur celui-là, il faudra que je le relise dans quelque temps pour être sûr que mon opinion est bien fondé. Des fois il suffit d'un moment pour qu'un livre ne passe pas, et pour le coup j'espère que c'est ça. Bon je vous mets quand même le résumé pour ceux qui ne connaissait pas le livre ou qui n'ont pas vu le film.

Sur Manderley, superbe demeure de l'ouest de l'Angleterre, aux atours victoriens, planent l'angoisse, le doute : la nouvelle épouse de Maximilien de Winter, frêle et innocente jeune femme, réussira-t-elle à se substituer à l'ancienne madame de Winter, morte noyée quelque temps auparavant ?

**********

Le second était le premier tome d'Aeternia de Gabriel Katz.

Ici Leth Marek, ancien gladiateur invaincu, part élever ses deux fils à Kyrenia, la plus grande cité au monde et centre du culte de la Grande Déesse. En chemin il rencontrera le chemin du culte d'Ochin, un jeune culte itinérant, qui changera sa vie pour toujours. En parallèle nous suivront Varian, jeune prêtre de la Grande Déesse, tout juste arrivé à Kyrenia. Le rêve de Varian étant de devenir patriarche, il saisira toute les occasions pour gravir les échelons, mais se verra très vite confronté à la compétition entre les puissants du Temple. Deux religions donc qui se verront très vite confronté l'une à l'autre comme si une seule pouvait subsister. 

J'ai adoré ce premier tome, dont l'évolution du culte d'Ochin ferait penser aux débuts de la chrétienneté. J'ai dis que je ne parlerais pas trop, donc je m'arrête là surtout avec une fin comme celle-ci, je ne peux pas rester sans lire le tome 2.

**********

Le troisième n'est pas un coup de cœur mais aurait pu l'être. Avenue des géants de Marc Dugain est thriller biographique. Je n'en dirais pas trop, car ce sera celui-là que je chroniquerait très bientôt. Je ne dirais que deux choses : qu'il est fantastique pour sa description des sentiments de Al et de l'époque surtout, mais qu'on se doute de la fin.

**********

Le dernier livre que je n'ai pas encore fini est Eragon de Christopher Paolini. J'ai connu Eragon avec le film et là en lisant le livre, je suis en train de me rendre compte qu'en faite ils ont modifié et supprimé tellement d’événements, qu'ils ont dénaturés le tout ! En tout cas je préfère largement le livre !

**********

Bon voici-ci les livres que j'avais emporté avec moi. Ne m'en voulais pas trop si j'ai été un peu bref, c'est pour ne pas tout dire ici et ne rien dire après. En tout cas j'espère que vous aurait aimé ce bilan. Promis d'ici deux/ trois jours je poste la chronique sur l'avenue des géants ! Est-ce que vous avais lu les quatre livres que je viens de vous présenté ? Si oui qu'est-ce que vous en avez pensé, si non est-ce que parmi eux il y en a un que vous avez envie de lire depuis longtemps ?


Livres à emmener sur une île

Coucou, bon actuellement je suis en voyage à Londres donc c'est assez difficile de taper sur un iPad. Mais j'ai pensé à vous et j'ai préparé quelques articles avant de partir, pour pouvoir les poster plus facilement ensuite. Je m'excuse d'avance pour la mise en forme, j'ai peur que le changement de support modifie toute l'apparence, je corrigerais tout ça en rentrant. Petit point avant de commencer. Comme j'ai emmené plusieurs livres avec moi, logique. Donc je me suis dit que je ferais sûrement un bilan lecture en rentrant, qu'est ce que vous en pensez ?

 Pour le premier article vous avez vu le titre "Livres à emmener sur une île". C'est le site Babelio qui m'a fait penser à ça donc je me suis dit, je vais faire une page du même style avec 5 livres, qui pourront changer au fils du temps, mais qui représentent un TOP 5 des livres que j'ai lu. Vous le verrez certains sortent de l'ordinaire et sont peu connus, d'autres tellement qu'ils ont été adapté en film mais pour moi ils sont tous superbes.

Tout près le bout du monde de Maud Lethielleux


 Authentique

  "Moi j'aime bien l'idée du journal.
Il paraît que personne ne lira ce que j'écris alors je peux tout dire, c'est pratique, j'aime bien tout dire quand personne ne peut l'entendre. Je sais pas ce que je peux raconter, si je dois dire mon âge et me présenter, par exemple écrire sur la première page " Bonjour, je m'appelle Malo, je viens d'arriver chez Marlène " ou si je dois parler de ce qu'on fait tous les jours, ou plutôt de mes pensées, de mes rêves ou de mes cauchemars.
Je sais pas si je peux parler de Jul et de Solam. Je sais pas si je dois expliquer pourquoi je suis là, toute façon, je suis pas sûr et certain de savoir." 



 


La couleur des sentiments de Kathryn Stockett


Vrai

  Jackson, Mississippi, 1962. Dans quelques mois, Martin Luther King marchera sur Washington pour défendre les droits civiques. Mais dans le Sud, toutes les familles blanches ont encore une bonne noire, qui a le droit de s'occuper des enfants mais pas d'utiliser les toilettes de la maison. Quand deux domestiques, aidées par une journaliste, décident de raconter leur vie au service des Blancs dans un livre, elles ne se doutent pas que la petite histoire s'apprête à rejoindre la grande, et que leur vie ne sera plus jamais la même. Grand prix des lectrices de Elle 2011 et prix des lycéennes de Elle 2011.

 

Max de Sarah Cohen-Scali


Cruel

"19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Führer. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l'on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l'enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans Loi. Sans rien d'autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d'aimer. Heil Hitler!"

Max est le prototype parfait du programme "Lebensborn" initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l'Allemagne puis l'Europe occupée par le Reich. 




Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre de Ruta Sepetys


Révélateur

  Une nuit de juin 1941, Lina Vilkas, une jeune lituanienne de quinze ans, est arrêtée par la police secrète du régime stalinien.
Avec sa mère et son petit frère, Jonas, ils sont déportés en Sibérie. Là, logés dans des huttes, sous-alimentés, brutalisés et harcelés par les Soviets, Lina et les siens tiennent bon. Soutenue par une mère exemplaire, et par sa volonté de témoigner de cet enfer blanc à travers ses dessins et ses écrits, elle tente de survivre au froid, à la maladie, à l’humiliation, et au travail éreintant de la terre. Dans le camp, Andrius, un jeune déporté de dix-sept ans, affiche la même combativité qu’elle… 




Shutter Island de Dennis Lehane. 


Why ?

  Un livre à lire pour son final... qui donne envie de relire aussitôt le roman ! La bibliothèque idéale de Maxime Chattam Nous sommes dans les années cinquante. Au large de Boston, sur un îlot nommé "Shutter Island" se dresse un groupe de bâtiments à l’allure sinistre. C’est un hôpital psychiatrique dont les patients, tous gravement atteints, ont commis des meurtres. Lorsque le ferry assurant la liaison avec le continent aborde ce jour-là, deux hommes en descendent : le marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule. Ils sont venus à la demande des autorités de la prison-hôpital car l’une des patientes, Rachel Solando, manque à l’appel. Comment a-t-elle pu sortir d’une cellule fermée à clé de l’extérieur ? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Oeuvre incohérente d’une malade ou cryptogramme ? Au fur et à mesure que le temps passe, les deux policiers s’enfoncent dans un monde de plus en plus opaque et angoissant, jusqu’au choc final de la vérité. Avec Shutter Island, Dennis Lehane est au sommet de son art.



J'espère que ce TOP 5 des livres que j'ai lu vous aura plu. Je pense que je vais créer un page Livres à emmener sur une île, que j'actualiserais de temps en temps, au fil de mes lectures, ou si jamais un livre que j'avais oublié me reviens.  Et vous vous emmèneriez quels livres sur une île ?  Pour le bilan lecture de mes vacances qu'attendez-vous ? 


Papier VS Liseuse

Aujourd'hui le combat que vous attendez tous! A ma droite Papier... Et à ma gauche Liseuse !

Bah oui quoi... Livre papier ou numérique ? Vous vous choisissez quoi ? A moins que vous ne sachiez pas choisir non plus, et que vous balancez encore entre les deux camp ? En tout cas aujourd'hui j'ai décidé de mettre sur le ring ces deux concurrents rien que pour vous.


Ce combat sera peut-être un peu spéciale, je l'avoue je vais surtout me questionner sur la liseuse, parce qu'à pripori vous connaissez tous très bien le livre papier.

Je vais donc commencer par la liseuse. Autant mettre les choses au clair dès le début, quand je dis numérique je ne parle pas des tablettes du types iPad, je parle des vrais liseuses, comme la kobo chez Fnac ou la kindle chez Amazon. Comme celle-ci =>


Vous me demanderez surement mais quel est la différence avec une tablette ? Et bien la différence se fera sur l'état de vos yeux après avoir lu une demi heure. Parce que notre petit nouveau, ici présent, est doté d'un écran fonctionnant à l'encre électronique, il n'est donc pas rétroéclairée. Bye Bye le reflet qui nous empêche de voir ce qui est affiché sur notre écran. Mais le premier bémol apparais ici, l'écran est en noir et blanc ! Pour ceux qui ne lisent que des livres cela ne dérangera pas, mais ceux qui se portent plus sur les BD il faudra s'orienter vers une liseuse couleur.

Ce petit hic pour certain sera vite oublié quand on connait la capacité d'une liseuse, souvent de 3 à 4 Ko, ce qui permet d'avoir plus de 3000 livres où que vous alliez ! Ce qui permet aussi lorsqu'on part en vacance de ne pas remplir sa valise à moitié avec des livres. Pas besoin non plus de chargeur, puisque que les liseuses ont une autonomie de plusieurs mois. Et puis vous êtes sur de ne jamais être à cours de livre puisque les livres sont téléchargeables partout dans le monde avec une connexion Wifi et pour certaines 3G ou 4G gratuite.
PS pour les radins : très souvent les livres font la moitié du prix d'un livre papier, et les classiques sont souvent gratuits.

Les petits plus qui facilite encore la mobilité : la taille de la police est réglable, un dictionnaire est intégré, vous pouvez mettre des marques pages, écrire des notes, ou relevez des passages à tout moment. N'ayez pas peur si vous allez chercher vos livres à la bibliothèque, beaucoup passent à une version numérique qui n'est pas encore assez prisée pour que vous deviez attendre des mois avant de pouvoir emprunter celui que vous souhaitez. Un truc à vérifier donc pour votre bibliothèque.

Mais bon tout ça est trop beau pour être vrai vous me direz, il faut quelque chose qui ne va pas. Eh bien je vais vous le donner, même si je pense que cela ne s'appliquera qu'aux grands lecteurs. Il manque la sensation papier et puis quand vous fermez votre livre à part le petit pourcentage vous n'avez plus la satisfaction de vous dire " ça y est j'ai passez la moitié !". Sans oublié tous ceux qui sont en cours et qui ont besoins de retrouver vite un passage et bah loupé, puisque vous changer la taille de police, les pages ne sont jamais les mêmes. 

Si vous avez d'autres inconvénients que j'aurais oublié mettez le moi en commentaire.

****Papier VS Liseuse****



Bon au tour de notre livre papier. Je serais plus rapide pour cette ancien combattant. Il résout déjà tous les problèmes du dernier paragraphe sur notre liseuse. Pour ceux qui ont des amis ou de la famille qui lit beaucoup et avec qui vous aimez partager vos livres, le livre papier reste le seul moyen de prêter vos livres. Le livre papier en soit c'est un peu la liberté, vous pouvez choisir votre format, le prêter à qui vous voulez, choisir parmi la multitude de nouveau ou ancien romans qui sont sur les étagères. Si vous êtes impatient, naviguer à travers les pages ou lire le dernier chapitre pour revenir ensuite où vous en étiez. Le livre c'est aussi nostalgique, il passe à travers les âges de votre grand-mère, il a fini par arriver dans vos mains, bah oui pensez au vieil exemplaire du Petit Prince dans votre étagère. Que dire de plus vous connaissez déjà cette façon de lire sous toutes ses coutures.

****Papier VS Liseuse****

Il est maintenant temps du verdict. Même après avoir écrit toutes ces lignes sur les deux opposants, je ne suis pas figée, mais j'ai tout de même une solution à vous proposer. Choisissez les deux, pour le livre que vous lirez chez vous à côté du feu avec une tasse de thé choisissez papier, pour celui que vous lirez quand vous partirez en vacance ou tout simplement dans le bus, le train ou l'avion pour aller je ne sais où, prenez la liseuse. Choisissez le plus des deux camps pour convenir à la situation pour laquelle il a été créé. 

J'espère que cette article aura éclairé vos lanternes et que vous ferez le choix pour vos vacances d'été. Déjà presque finie. Oui je vais pleurer... Mais bon bonne vacance !

Au fait si vous optez pour la liseuse et que vous êtes perdu parmi toutes celles qui existent j'ai trouvé un site qui vous aidera à choisir :
http://www.liseuse.biz/

Pour ceux qui ne lâchent pas le livre papier et qui prennent l'avion pour leur vacance, cette compagnie aérienne a tout prévu :P
https://www.actualitte.com/article/zone-51/la-compagnie-aerienne-allemande-condor-offre-un-excedent-de-bagages-pour-les-lecteurs/65749


Quand souffle le vent du nord


Auteur : Daniel Glatauer
Edition : Grasset
Date de publication : 2006
Pages : 348
ISBN : 978-2-246-76501-1

Un message anodin peut-il bouleverser votre vie ?
Leo Leike reçoit par erreur un mail d'une inconnue,Emmi Rothner. Poliment, il le lui signale. Elle s'excuse et, peu à peu, un dialogue s'engage, une relation se noue. Au fil des mails, ils éprouvent l'un pour l'autre un intérêt grandissant.
Leo écrit : "Vous êtes comme une deuxième voix en moi qui m'accompagne au quotidien. 
Emmi admet : "Quand vous ne m'écrivez pas pendant trois jours, je ressens un manque."

Emmi est mariée, Leo se remet à grand-peine d'un chagrin d'amour. De plus en plus attirés l'un par l'autre, Emmi et Leo repoussent néanmoins le moment fatidique de la rencontre.


Avis :


Que dire... Que dire... Il y a tellement à dire... Mais à la fois si peu. Je vais être concise pour une fois, je n'ai pas la foi de m'attarder. Pourtant ce n'est en aucun cas parce que "Quand souffle le vent du nord" a été déplaisant à lire, c'est même tout le contraire. Je l'ai dévoré, littéralement. Je trouve toujours plus facile de lire des récits épistolaires. On n'a pas à s'occuper d'une description barbante sur un simple bouquet de fleur. Un récit épistolaire, c'est fluide parce que ça vient du cœur, c'est une conversation ininterrompue. Ici, c'est bien le cas, même si l’ininterrompu n'est pas toujours d'actualité. Ce rapprochement et cet éloignement créent une autre façon de transmettre les émotions, au lieu d'avoir quelque chose de tout écrit, on le déchiffre au temps que Emmi ou Leo mettent à répondre. Voyez par exemple la colère ; elle se transmet par un temps très court, quelques secondes ou bien par plusieurs jours d'attentes, mais cette différence de temps pour une simple émotion réussit à en faire un dégradé d'intensité.

Je sais pour un premier paragraphe sensé être concis c'est loupé, c'est même très détaillé. J'essaie de ne pas m'attarder à des réflexions comme celles-là normalement. Passons à un truc plus simple maintenant, que penser d'Emmi et Leo ? Commençons par Emmi, honneurs aux dames. Emmi est une femme qui souhaite être libre mais qui ne l'est pas. Une femme qui s'est marié peut-être trop tôt et qui n'aurait pas dû. Alors on pourrait se dire pourquoi elle "drague" un homme par mail si elle est mariée ? Ce n'est pas la question qui nous saute à l'esprit, du moins elle n'a pas sauté au mien. Le fait est que le sujet est abordé par nos deux internautes mais immédiatement rejeté par cette Emmi au caractère bien trempé. Bizarrement il se crée une véritable muraille entre leur vie intérieur et extérieur. Une muraille qui les divisent en deux. Il n'y a peut-être pas deux mais quatre personnages.

Passons tout de même à Leo. Il est peut-être tout aussi perdu qu'elle dans ses sentiments, prisonnier des souvenirs de son ex, Emmi est peut-être son seul échappatoire. Un hasard de circonstance, un hasard pour l'amour. Mais ce hasard cette rencontre va les ouvrir vers eux-même et les fermer face à l’extérieur et détruire à petit feu ce qu'ils ont construits. Hésitant sans cesse pour passer le pas de la réalité, une réalité qui arrivera plus dur qu'ils ne le pensent au final.

Bon voilà j'ai bien développé des choses sans savoir pourquoi je les ai développés mais je peux vous assurer une chose, c'est un livre fantastique pour l'été et se rafraîchir avec un vent venant du nord.

Vous avez un message

Ça va peut-être devenir une signature de trouver un livre, une série ou un film pour s'accorder avec le livre que j'ai lu. En tout cas cette fois j'ai trouver la perle. Vous connaissez le film "Vous avez un message" avec Tom Hanks et Meg Ryan. Si vous ne connaissez pas je ne vous en veux pas il est sorti en 1998, mais il s'accorde sur la rencontre par mail, ici plutôt surprenante. Je vous met la bande annonce en lien. Si vous n'avez pas encore vu ce film, regardez le, c'est frai, c'est léger, c'est New York.



J'espère que vous avez tenu le coup jusqu'à maintenant et que mon long monologue finira par le devenir un peu moins. S'il vous plait je me sent vraiment seul, dites moi ce que vous avez pensez de ce livre et de ma critique.

Lire d'autres horizons